Les dangers de l'aspartame : mythe ou réalité ?

19:51:00 0 Comments

L'aspartame et ses dangers


Un produit en vente libre, dont la consommation est encouragée dans le cadre des régimes amincissants et qui, pourtant, est un véritable poison alimentaire...

aspartame-dangers





Vous souvenez-vous (je parle aux plus "anciens"), de l'arrivée de l'aspartame produit sur le marché ?



La joie ! Il répondait au doux nom de Nutrasweet ou Canderel et tous ceux qui avaient un problème de poids (dont j'étais à l'époque : voir à ce propos 8 astuces minceur et Surpoids, une lecture choc !) ont vu là la chance de leur vie. Mais il a fallu déchanter...
Pourquoi ? C'est simple ! Quelqu'un d'entre vous connaît-il une personne qui ait vraiment réussi à perdre du poids et à maintenir sa nouvelle ligne grâce à l'aspartame ??? 



 Moi, je n'en connais pas. Au contraire. Un des problèmes majeurs de l'aspartame, bien connu des diététiciens, c'est la dépendance qu'il induit et ses effets pervers : il donne le sentiment qu'on peut consommer des douceurs à l'envi et les industriels, qui y ont tout de suite vu une manne céleste, proposent une gamme interminable de produits dits "light" dont nous allons voir à quel point ils peuvent être dangereux, voire mortels.

C'est en 1981 que l'aspartame a été approuvé. Il attendait son tour depuis 8 ans parce que la très puissante FDA (Food and Drug Administration, sorte de Temple de l'accréditation alimentaire) l'approuve ce qu'elle refusait de faire en raison des crises et des tumeurs cérébrales que cette substance provoquait sur les animaux de laboratoire. C'est ce cher Donald Rumsfeld qui a nommé l'homme qu'il fallait à la tête de la FDA : Arthur Hull Hayes qui, passant outre son propre conseil d'enquête, a approuvé l'utilisation de l'aspartame. Il a aussitôt été récompensé en recevant un poste chez GD Searle, l'entreprise commercialisant l'aspartame...

Ceci, c'était pour la courte et triste histoire. 

Qu'est-ce que l'aspartame ?

C'est un édulcorant artificiel au pouvoir sucrant 200 fois plus élevé que le sucre. E951, de son nom européen, est composé de deux acides aminés naturels, l'acide L-aspartique (un acide aminé non essentiel, c'est-à-dire qu'il est présent à l'état naturel dans notre organisme) et la l-Phénylalanine (un acide aminé essentiel, c'est-à-dire qu'il n'est pas présent à l'état naturel dans notre organisme et doit donc être puisé dans nos aliments), précurseur de l'adrénaline, de la noradrénaline et de la mélanine ainsi que d'ester méthylique, un dérivé du méthanol.

Nous y voilà ! Le méthanol (alcool de bois), c'est 10% des composés de l'aspartame. Selon le Dr Woodrow C. Monte (Professeur retraité des sciences de l'alimentation à l'Université d'Etat de l'Arizona), le méthanol est "un cheval de Troie chimique". Nous allons suivre la course folle de ce cheval un peu plus loin...

Quels sont les effets constatés et répertoriés de l'aspartame ?

Ils peuvent être lents et silencieux. C'est la force de ce produit. On peut ainsi en consommer très longtemps sans identifier clairement d'effet : un an, cinq ans, dix, vingt ou trente ans... Ses premières attaques se font généralement au niveau de la vision. 



De plus, parce qu'il fait baisser le taux de sérotonine, l'aspartame influence les comportements compulsifs et l'humeur (voir à ce sujet les mécanismes de l'humeur et les aliments qui l'influencent dans le PDF gratuit "les 10 aliments de la bonne humeur et leur recette"). Enfin, les effets de l'aspartame peuvent se manifester sous toutes sortes de formes et sous toutes sortes de pathologie. En voici quelques-unes, la liste n'est pas exhaustive.

douleurs abdominales, ballonnements, - diarrhée, miction brûlante, 
maux de tête ou migraines, acouphènes, tremblements, convulsions, vertiges, fatigue chronique, insomnie, irritabilité, confusion, difficultés à se concentrer, crises d'angoisse ou de panique, dépression, douleurs articulaires, engourdissement ou picotement aux extrémités,asthme, difficultés respiratoires, toux chronique, 
hypertension, douleurs à la poitrine, accélération du rythme cardiaque
aggravation des symptômes chez les diabétiques, gain de poids, etc.

Mais il y a pire : si on regarde de plus près ces dysfonctionnements physiques ou mentaux liés à la consommation d'aspartame, on constate qu'ils expriment les mêmes symptômes (ou les aggravent) que des pathologies comme :

l'Alzheimer 
l'arthrite rhumatoïde
les crises de panique
la dépression et autres désordres psychologiques
le diabète et ses complications
l'épilepsie
la fibromyalgie
le lupus
la maladie de Lyme,
le Parkinson
la sclérose en plaque
le syndrome de fatigue chronique

Sans aller, comme beaucoup de ses détracteurs, jusqu'à affirmer que l'aspartame est la cause de ces maladies, on peut tout de même s'étonner une fois encore du développement massif de celles-ci et admettre que les observations émises par la FDA elle-même en suggèrent largement le lien ou, du moins, un des liens. On sait que l'origine des maladies est souvent multifactorielle. Mais le doute concernant l'aspartame est suffisamment relayé et étayé par l'information et l'observation pour que nous le mettions définitivement au rang des suspects dangereux à mettre sous haute surveillance.

De quoi est fait l'aspartame ?


1. D'ester de méthyle (10%)

Ce composé se transforme dans l'organisme en méthanol de bois lorsque sa température dépasse 30°C - 86°F. Il est alors libéré dans l'intestin grêle où il se transforme en formaldéhyde qui se transforme lui-même en acide formique, ce poison que peuvent nous inoculer les fourmis. Toxique, l'acide formique ? Voyez vous-même : il est utilisé, par exemple, comme activateur pour décaper les revêtements d'époxy (résine utilisée sur des surfaces intérieures soumises à de fortes conditions abrasives) et d'uréthane (utilisé dans les colles et les peintures). Je vous laisse imaginer son action sur les parois de nos intestins... 

Le méthanol serait une substance hautement toxique pouvant causer le cancer ainsi que des maladies neurologiques. Son action serait aussi redoutable et dangereuse que celle de l'amiante ou du plutonium. Essentiellement métabolisé au niveau du foie, il le serait aussi dans le cerveau et participerait au développement et à l'installation de maladies telles que celles que j'ai cité plus haut. Or, la quantité de méthanol ingéré par consommation d'aspartame est impressionnante. Il existe en tous cas un nombre très important et croissant de personnes éprouvant des problèmes de santé chroniques dont les manifestations ressemblent étrangement aux effets secondaires d'un empoisonnement au méthanol : lésions oculaires par exemple !

2. De phénylalanine (50%)

Sa présence dans l'aspartame peut, si en excès dans le sang, être toxique pour le système nerveux et perturber le développement du cerveau des enfants, voire même entraîner un retard mental. La phénylalanine est un acide aminé essentiel (ce qui signifie que l'organisme n'en produit pas, mais qu'il en a besoin et doit donc être fourni par l'alimentation) et dont les excès sont normalement traités au niveau du foie. Les personnes atteintes de phénylcétonurie (qui ne possèdent pas l'enzyme capable de transformer la phénylalanine), soit 1 personne sur 16.000, sont en grand danger lorsqu'ils ingèrent cet acide aminé. 

3. D'acide aspartique (40%)

C'est aussi un acide aminé essentiel qui joue un rôle dans les cycles de production d'énergie et dans la défense contre les virus et les infections. Il est même une excellent acteur de la désintoxication. Le problème, c'est que, en excès, cet acide aminé peut être à l'origine d'un processus pathologique d'altération et de destruction neuronale, un phénomène qu'on appelle l'excitotoxicité. En effet, il a la capacité d'exciter les neurones du cerveau, ce qui les détruit et détruit également le système nerveux avant d'atteindre de nombreux autres organes.


Si vous ne deviez retenir que deux effets toxiques de l'aspartame, retenez ceux-ci : il détruit le système immunitaire et empêche la production d'ADN. Mais si vous souffrez de l'un de ses symptômes répertoriés, faites au moins le test de contrôler rigoureusement votre alimentation pendant 60 jours. C'est le temps nécessaire à la désintoxication. Si vos symptômes disparaissent ou s'atténuent, il y a de fortes chances que vous soyez intoxiqué à l'aspartame.

Source: Fruitymag

Vous pourriez aussi aimer